CHORÉGRAPHIE & MISE EN SCÈNE / Faizal ZEGHOUDI
SUR UNE IDÉE DE BERNARD PISANI

 

TEXTE ORIGINAL / Marie-Christine MAZZOLA
CRÉATION LUMIÈRE / Christophe PITOISET
CRÉATION COSTUMES / Vincent DUPEYRON
OEUVRES MUSICALES / Alva NOTO. Franz SCHUBERT                                                         Claude DEBUSSY. Igor STRAVINSKY.

DISTRIBUTION / Anthony Berdal. Sarah Camiade.                        Simone Giancola. Nadya Larina. Bernard Pisani.
 

Cette création émane d’une volonté de raconter la fin de vie de cet homme hors du commun en préservant les zones d’ombre et de mystère, sans chercher à le représenter en sa qualité de Mythe.
Au contraire, il s’agira d’amorcer une réflexion sur l’homme qui fut certes un grand danseur, brillant et sauvage, mais qui à un moment donné aussi s’est retiré…


Un travail de mémoire…
Polonais de naissance, russe par son éducation et sa formation au sein des ballets russes, la carrière de Nijinski fut aussi courte que fulgurante. Tour à tour danseur de talent adulé de tous, chorégraphe sulfureux (il révolutionna son art et choqua le public), Ninjinski est encore aujourd’hui un mythe bien vivant qui nous hante de son aura, de son charisme par delà la mort. Le coup de génie de son mentor, compagnon, impresario, Diaghilev fut de ne laisser aucune archive audiovisuelle, seulement le souvenir d’un Génie.


Sonder le patrimoine chorégraphique qu’il nous a laissé : sa passion pour la danse, son besoin de liberté absolue, sa créativité, ses gestes. En nous, à chaque instant, ces questions : Que dirait Nijinski ? Qu’est-ce que son histoire, nous, a appris ? Que nous a-t-il apporté, transmis, donné ? Et de nous tourner vers l’avenir par le biais de la transmission. Qu’allons-nous construire ? Passé, présent et futur contenus dans le même espace où aura lieu une rencontre fragmentée, trouée, percée entre Nijinski et 4 interprètes lors d’une dernière danse en totale complicité avec le public… Qui pourrait commencer ainsi pour reprendre ses propres mots « Je veux dire la vérité… Je ne veux offenser personne… Je ne peux pas me taire… Il faut que je parle »


IL A MARQUÉ SON ÉPOQUE MAIS AUJOURD’HUI ENCORE
EN NOUS SA TRACE,
SON EMPREINTE EST BRÛLANTE.


Cette création émane aussi d’un désir, celui de Bernard Pisani et de sa rencontre avec le metteur en scène & chorégraphe Faizal Zeghoudi. Bernard Pisani aime particulièrement l’homme ; Nijinski avait cette capacité de créer un temps présent absolu qu’il pouvait dilater à l’infini : un temps direct de pur complicité avec le public. Il perçait le 4ÈME mur, et touchait son public. Le plateau était, pour lui, un espace de liberté totale, qu’il maîtrisait parfaitement. Il était à sa place, peut-être lui-même… ou ce qui pouvait s’approcher de cet état. Sa trajectoire : des sauts extraordinaires au plus grand enfermement, cette relation équivoque avec son mentor à l’abandon et les années sombres… où petit à petit le talent laisse place à la folie, et à l’obscurité.

Besoin de renseignements ?

CONTACTEZ-NOUS !

TECHNICHORE ET LE MONDE DU ZÈBRE
5 rue Hugla - 33000 BORDEAUX

contact@technichore.fr

05 56 52 05 41

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now